Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prière - Page 3

  • homme-femme

    L’invention de l’homme et de la femme

    Homme_Femme.jpg

    Le rosaire de Jean-Paul II

    Lors de l’année du Rosaire, octobre 2002 – octobre 2003 , Jean-Paul II a présenté une quatrième série de mystères au rosaire : les mystères lumineux.

    « Afin de donner une consistance nettement plus christologique au Rosaire, il me semble toutefois qu'un ajout serait opportun; tout en le laissant à la libre appréciation des personnes et des communautés, cela pourrait permettre de prendre en compte également les mystères de la vie publique du Christ entre le Baptême et la Passion. Car c'est dans l'espace de ces mystères que nous contemplons des aspects importants de la personne du Christ en tant que révélateur définitif de Dieu. Proclamé Fils bien-aimé du Père lors du Baptême dans le Jourdain, il est Celui qui annonce la venue du Royaume, en témoigne par ses œuvres, en proclame les exigences. C'est tout au long des années de sa vie publique que le mystère du Christ se révèle à un titre spécial comme mystère de lumière : « Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde (Jn 9,5) » . (Jean Paul II, L A. Rosarium Virginis Mariae, 16 octobre 2002 )

    Comme je ne prie guère le chapelet en commun, mais plutôt en privé en suivant les conseils de saint Ignace de Loyola (Celui-ci est d’ailleurs cité dans la lettre au n° 29 L’énonciation du mystère). J’en ai seulement eu connaissance en 2010. La lettre laisse d’ailleurs, à chacun et à chaque communauté, le choix de suivre ou de ne pas suivre cet aspect personnel, et peut-être aussi œcuménique,  que Jean-Paul II a donné à sa prière à Marie (lettre au n° 19).

    Et personnellement je ne l’ai pas suivi. Dans la vie de Marie, les mystères joyeux sont suffisants pour y rendre présent l’évangile. Le quatrième mystère propose en méditation la présentation de Jésus au temple et la vie à Nazareth, elle représente toute la vie cachée que Jésus a passé avec Marie dans le peuple choisi. Le cinquième nous montre Jésus retrouvé au temple et représente toute la vie publique telle qu’elle se présente devant Marie : il s’agit d’une dépossession, ce fils ne lui appartient pas, il vient d’ailleurs, il n’est pas né de la chair ! La proximité de Marie et les mystères qu’elle a rencontrés, sont donc complètement décrits par ces 15 mystères.

    Et pourtant, j’ai été amené à ajouter des méditations au chapelet.

    Les mystères du samedi

    Cela est venu naturellement dans le développement de la semaine. Les dimanches et mercredi sont consacrés aux mystères glorieux, les lundis et jeudis aux mystères joyeux, les mardis et vendredis aux mystères douloureux. Il restait un jour, le samedi, ou la méditation était libre. C’est le jour où Dieu s’est reposé de tout ce qu’il avait fait en trouvant que c’était bon, c’est le jour où Jésus s’est reposé de la Passion avant de remonter après du Père, le fameux mystère du samedi saint, dirait Adrienne von Speyr. Ce mystère qui fait évidemment partie de la vie de Marie, n’était pas abordé les autres jours. Il m’a donc semblé naturel de méditer sur la création et petit à petit ma prière s’est attachée ce jour-là à l’invention de l’homme et de la femme qui est l’expression la plus personnelle de la création. En effet, Marie n’est pas tombée du ciel comme « Deus ex machina ». Il y a un “avant Marie”, il y a une source cachée d’où Marie est issue. Le samedi est propice pour s’adonner à cette recherche.

     

    Les mystères de l’invention de l’homme et de la femme

    Voici les cinq points qui ont attiré mon attention.

    Le premier point est la création de l’homme et de la femme « il les fit à son image, il les fit homme et femme » et « l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et ils seront une seule chair ».

    Le deuxième point est l’expression de la liberté et de l’autonomie de cette créature qui est si richement dotée par Dieu qu’elle pense pouvoir s’en passer, c’est le péché originel, « mysterium iniquitatis ». On peut remarquer que cette autonomie n’a pas été retirée par Dieu après la faute. On pourrait dire que la conséquence  de l’autonomie est qu’un aboutissement final n’est plus à sa portée.

    Le troisième point est la naissance de Jésus. Marie lui donne la chair de l’homme. Situation paradoxale qui manifeste que Dieu veut recevoir un présent de l’homme. Dans son Fils, qui reçoit tout, Dieu reçoit notre chair. Mais qui donc a fait cette chair, sinon Dieu lui-même ! Ce n’est donc pas de l’homme que vient ce présent mais du Père qui par la création  a constitué cette chair pour son Fils. Dans cette naissance, c’est de la femme qu’est tiré un homme, situation inverse du récit de la création.

    Le quatrième point est l’immaculée conception. Marie est soustraite aux conséquences  de ce péché et monte au ciel avec son corps. Tout se passe comme si, dans la pensée de Dieu, la vie de Marie avait été conçue avant ce premier péché et n’en a pas subi les conséquences. Par son Fiat, elle utilise son autonomie pour s’attacher à Dieu. Le récit de la création fait d’ailleurs une allusion à cette femme qui écrasera la tête du serpent.

    Le cinquième point est le couronnement de la Vierge au ciel. Elle devient la reine, ce qui veut dire l’épouse du roi, n’étant avec lui plus qu’un seul esprit. Dans la vie de l’Esprit, elle est donc, à notre grand étonnement et admiration, l’épouse du Fils. Il semble que, derrière la création du premier homme d’où on tire une femme, nous pouvons imaginer la création du Royaume, le corps du Fils, d’où est sortie la femme, l’humanité, destinée à être la compagne du Fils vivant du même esprit !

    Ces cinq points, mystérieusement insondables, forment les cinq mystères que je mets devant mes yeux le samedi que j’ai appelés les mystères de l’invention de l’homme et de la femme. Ils donnent une grande proximité avec la Vierge, en même temps qu’un immense respect devant le mystère de la vie que Dieu nous donne. Je ne peux que suggérer à tous ceux qui s’y sentent attirés par se laisser glisser dans cette méditation en toute confiance. Tout particulièrement pendant que François préside le synode qui se réunit au sujet de la famille.

  • François et Marie

    Le pape François prie Marie

    francois-marie.jpg

     

    Dans son exhortation apostolique « La joie de l’évangile »,  le pape François traite de la nouvelle évangélisation. Dans la lignée du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation, elle presse tous les catholiques à être des missionnaires de la foi. Vous pouvez trouver un résumé dans info catho.

    Le pape François termine sa lettre par une prière à la Vierge. Voici cette prière.

    marie_argentine.jpg

    Vierge du rosaire en Argentine

    Vierge et Mère Marie,
    toi qui, mue par l’Esprit,
    as accueilli le Verbe de la vie
    dans la profondeur de ta foi humble,
    totalement abandonnée à l’Éternel,
    aide-nous à dire notre “oui”
    dans l’urgence, plus que jamais pressante,
    de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus.

    Toi, remplie de la présence du Christ,
    tu as porté la joie à Jean-Baptiste,
    le faisant exulter dans le sein de sa mère.
    Toi, tressaillant de joie,
    tu as chanté les merveilles du Seigneur.
    Toi, qui es restée ferme près de la Croix
    avec une foi inébranlable
    et a reçu la joyeuse consolation de la résurrection,
    tu as réuni les disciples dans l’attente de l’Esprit
    afin que naisse l’Église évangélisatrice.

    Obtiens-nous maintenant une nouvelle ardeur de ressuscités
    pour porter à tous l’Évangile de la vie
    qui triomphe de la mort.
    Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies
    pour que parvienne à tous
    le don de la beauté qui ne se ternit pas.

    Toi, Vierge de l’écoute et de la contemplation,
    mère du bel amour, épouse des noces éternelles,
    intercède pour l’Église, dont tu es l’icône très pure,
    afin qu’elle ne s’enferme jamais et jamais se s’arrête
    dans sa passion pour instaurer le Royaume.

    Étoile de la nouvelle évangélisation,
    aide-nous à rayonner par le témoignage de la communion,
    du service, de la foi ardente et généreuse,
    de la justice et de l’amour pour les pauvres,
    pour que la joie de l’Évangile
    parvienne jusqu’aux confins de la terre
    et qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière.

    Mère de l’Évangile vivant,
    source de joie pour les petits,
    prie pour nous.
    Amen. Alléluia !

    Télécharger la prière à Marie

  • saint-Joseph

    Poue ceux qui ne connaissent pas le site du Vatican voici :

     

    MESSE SOLENNELLE D'INAUGURATION DU PONTIFICAT
    DU PAPE FRANÇOIS

    HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

    Place Saint-Pierre, Mardi 19 mars 2013
    Solennité de saint Joseph

     Comment Joseph exerce-t-il cette garde ? Avec discrétion, avec humilité, dans le silence, mais par une présence constante et une fidélité totale, même quand il ne comprend pas. Depuis son mariage avec Marie jusqu’à l’épisode de Jésus, enfant de douze ans, dans le Temple de Jérusalem, il accompagne chaque moment avec prévenance et avec amour. Il est auprès de Marie son épouse dans les moments sereins et dans les moments difficiles de la vie, dans le voyage à Bethléem pour le recensement et dans les heures d’anxiété et de joie de l’enfantement ; au moment dramatique de la fuite en Égypte et dans la recherche inquiète du fils au Temple ; et ensuite dans le quotidien de la maison de Nazareth, dans l’atelier où il a enseigné le métier à Jésus.

    Comment Joseph vit-il sa vocation de gardien de Marie, de Jésus, de l’Église ? Dans la constante attention à Dieu, ouvert à ses signes, disponible à son projet, non pas tant au sien propre ; et c’est cela que Dieu demande à David, comme nous l’avons entendu dans la première Lecture : Dieu ne désire pas une maison construite par l’homme, mais il désire la fidélité à sa Parole, à son dessein ; c’est Dieu lui-même qui construit la maison, mais de pierres vivantes marquées de son Esprit. Et Joseph est « gardien », parce qu’il sait écouter Dieu, il se laisse guider par sa volonté, et justement pour cela il est encore plus sensible aux personnes qui lui sont confiées, il sait lire avec réalisme les événements, il est attentif à ce qui l’entoure, et il sait prendre les décisions les plus sages. En lui, chers amis, nous voyons comment on répond à la vocation de Dieu, avec disponibilité, avec promptitude, mais nous voyons aussi quel est le centre de la vocation chrétienne : le Christ ! Nous gardons le Christ dans notre vie, pour garder les autres, pour garder la création !

    La vocation de garder, cependant, ne nous concerne pas seulement nous les chrétiens, elle a une dimension qui précède et qui est simplement humaine, elle concerne tout le monde. C’est le fait de garder la création tout entière, la beauté de la création, comme il nous est dit dans le Livre de la Genèse et comme nous l’a montré saint François d’Assise : c’est le fait d’avoir du respect pour toute créature de Dieu et pour l’environnement dans lequel nous vivons. C’est le fait de garder les gens, d’avoir soin de tous, de chaque personne, avec amour, spécialement des enfants, des personnes âgées, de celles qui sont plus fragiles et qui souvent sont dans la périphérie de notre cœur. C’est d’avoir soin l’un de l’autre dans la famille : les époux se gardent réciproquement, puis comme parents ils prennent soin des enfants et avec le temps aussi les enfants deviennent gardiens des parents. C’est le fait de vivre avec sincérité les amitiés, qui sont une garde réciproque dans la confiance, dans le respect et dans le bien. Au fond, tout est confié à la garde de l’homme, et c’est une responsabilité qui nous concerne tous. Soyez des gardiens des dons de Dieu !

    Et quand l’homme manque à cette responsabilité, quand nous ne prenons pas soin de la création et des frères, alors la destruction trouve une place et le cœur s’endurcit. À chaque époque de l’histoire, malheureusement, il y a des « Hérode » qui trament des desseins de mort, détruisent et défigurent le visage de l’homme et de la femme.

    Je voudrais demander, s’il vous plaît, à tous ceux qui occupent des rôles de responsabilité dans le domaine économique, politique ou social, à tous les hommes et à toutes les femmes de bonne volonté : nous sommes « gardiens » de la création, du dessein de Dieu inscrit dans la nature, gardiens de l’autre, de l’environnement ; ne permettons pas que des signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde ! Mais pour « garder » nous devons aussi avoir soin de nous-mêmes ! Rappelons-nous que la haine, l’envie, l’orgueil souillent la vie ! Garder veut dire alors veiller sur nos sentiments, sur notre cœur, parce que c’est de là que sortent les intentions bonnes et mauvaises : celles qui construisent et celles qui détruisent ! Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, et même pas non plus de la tendresse !

    Et ici j’ajoute alors une remarque supplémentaire : le fait de prendre soin, de garder, demande bonté, demande d’être vécu avec tendresse. Dans les Évangiles, saint Joseph apparaît comme un homme fort, courageux, travailleur, mais dans son âme émerge une grande tendresse, qui n’est pas la vertu du faible, mais au contraire, dénote une force d’âme et une capacité d’attention, de compassion, de vraie ouverture à l’autre, d’amour. Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, de la tendresse !

    Aujourd’hui, en même temps que la fête de saint Joseph, nous célébrons l’inauguration du ministère du nouvel Évêque de Rome, Successeur de Pierre, qui comporte aussi un pouvoir. Certes, Jésus Christ a donné un pouvoir à Pierre, mais de quel pouvoir s’agit-il ? À la triple question de Jésus à Pierre sur l’amour, suit une triple invitation : sois le pasteur de mes agneaux, sois le pasteur de mes brebis. N’oublions jamais que le vrai pouvoir est le service et que le Pape aussi pour exercer le pouvoir doit entrer toujours plus dans ce service qui a son sommet lumineux sur la Croix ; il doit regarder vers le service humble, concret, riche de foi, de saint Joseph et comme lui, ouvrir les bras pour garder tout le Peuple de Dieu et accueillir avec affection et tendresse l’humanité tout entière, spécialement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits, ceux que Matthieu décrit dans le jugement final sur la charité : celui qui a faim, soif, est étranger, nu, malade, en prison (cf. Mt 25, 31-46). Seul celui qui sert avec amour sait garder !

    Dans la deuxième Lecture, saint Paul parle d’Abraham, qui « espérant contre toute espérance, a cru » (Rm 4, 18). Espérant contre toute espérance ! Aujourd’hui encore devant tant de traits de ciel gris, nous avons besoin de voir la lumière de l’espérance et de donner nous-mêmes espérance. Garder la création, tout homme et toute femme, avec un regard de tendresse et d’amour, c’est ouvrir l’horizon de l’espérance, c’est ouvrir une trouée de lumière au milieu de tant de nuages, c’est porter la chaleur de l’espérance ! Et pour le croyant, pour nous chrétiens, comme Abraham, comme saint Joseph, l’espérance que nous portons a l’horizon de Dieu qui nous a été ouvert dans le Christ, est fondée sur le rocher qui est Dieu.

    Garder Jésus et Marie, garder la création tout entière, garder chaque personne, spécialement la plus pauvre, nous garder nous-mêmes : voici un service que l’Évêque de Rome est appelé à accomplir, mais auquel nous sommes tous appelés pour faire resplendir l’étoile de l’espérance : gardons avec amour ce que Dieu nous a donné !

    Je demande l’intercession de la Vierge Marie, de saint Joseph, des saints Pierre et Paul, de saint François, afin que l’Esprit Saint accompagne mon ministère et je vous dis à tous : priez pour moi ! Amen.