Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

François prie l'Immaculée

François prie l'Immaculée Conception

8 décembre 2019 :

Prière du pape François à

« Marie : Immaculée Conception »

Marie-IC.jpgO Marie Immaculée,
nous nous rassemblons encore une fois autour de toi.
Plus nous avançons dans la vie et plus notre gratitude augmente envers Dieu, qui t'a donné à nous comme mère, nous qui sommes pécheurs,
Toi, qui es l’Immaculée.
Parmi tous les êtres humains, tu es l’unique
préservée du péché, en tant que mère de « Jésus, Agneau de Dieu » qui enlève le péché du monde.
Mais ton privilège singulier t’a été donné pour notre bien à tous, tes enfants.
En effet, en te regardant, nous voyons la victoire du Christ,
la victoire de l’amour de Dieu sur le mal : où abondait le péché, c’est-à-dire dans le cœur humain, la grâce a surabondé, par la douce puissance du Cœur de Jésus.
Toi, Mère,
tu nous rappelles que nous sommes pécheurs,
mais nous ne sommes plus esclaves du péché !
Ton Fils, par son Sacrifice, a brisé la domination du mal, il a vaincu le monde.
Cela raconte à toutes les générations ton cœur, pur comme le ciel, où le vent a dissout les nuages.

Et ainsi tu nous rappelles que ce n’est pas la même chose
d’être pécheurs et d’être corrompus : c’est très différent.
Une chose est de tomber, mais ensuite, repentis, de se relever avec l’aide de la miséricorde de Dieu.
Autre chose est la connivence hypocrite avec le mal, la corruption du cœur, qui se montre extérieurement irréprochable, mais, à l’intérieur, est plein de mauvaises intentions et d’égoïsmes mesquins.
Ta pureté limpide nous appelle à la sincérité, à la transparence, à la simplicité.
Comme nous avons besoin d’être libérés de la corruption du cœur, qui est le plus grave danger !
Cela nous semble impossible, tant nous y sommes enclins, mais c’est à portée de main.

Il suffit d’élever le regard vers ton sourire de Mère, vers ta beauté préservée, pour sentir à nouveau que nous ne sommes pas faits pour le mal,  mais pour le bien, pour l’amour, pour Dieu !

C’est pourquoi,

O Vierge Marie,
aujourd’hui je te confie tous ceux et celles qui, dans cette ville et dans le monde entier, sont opprimés par le manque de confiance,
par le découragement à cause du péché;
tous ceux qui pensent que pour eux il n’y a plus d’espérance,
que leurs fautes sont trop nombreuses et trop grandes,
et que Dieu n’a certainement pas de temps à perdre avec eux.

 

Je te les confie, non seulement parce que tu es mère,
et qu’en tant que telle tu ne cesses jamais d’aimer tes enfants,
mais tu es aussi l’Immaculée, la pleine de grâce,
et tu peux refléter, jusque dans les ténèbres les plus obscures,
un rayon de la lumière du Christ ressuscité.


Lui et Lui seul rompt les chaînes du mal,
libère des dépendances les plus acharnées,
dissout les liens les plus criminels,
attendrit les cœurs les plus endurcis.


Et si cela arrive à l’intérieur des personnes,
combien cela change le visage des cités !
Dans les petits gestes et dans les grands choix,
les cercles vicieux se font peu à peu vertueux,
la qualité de la vie devient meilleure,
et le climat social plus respirable.

Nous te remercions, Mère Immaculée,
de nous rappeler que,

par l’amour de Jésus Christ,
nous ne sommes plus esclaves du péché, mais libres, libres d’aimer, libres d’apprécier, de nous entraider comme frères, même différents les uns des autres – grâce à Dieu, différents les uns des autres !

 

Merci parce que, par ta candeur, tu nous encourages à ne pas avoir honte du bien, mais du mal ; tu nous aides à tenir éloigné de nous le malin,  qui par la ruse nous attire à lui, dans des spirales de mort.
Tu nous donnes la douce mémoire que ...

nous sommes enfants de Dieu, qui est un  Père d’immense bonté,  source éternelle de vie, de beauté et d’amour.

Amen.

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel