Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

octobre

Newsletter diocésaine du mois d'octobre

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Depuis bientôt un an, un visage apparaît régulièrement dans les médias du monde entier, un visage fascinant, étonnant, interpellant, celui d’une adolescente suédoise : Greta Thunberg. Avec ses tresses de jeune fille, elle crie son mécontentement et ses peurs pour l’avenir de sa génération. Elle sourit peu et semble souvent remplie de colère, voire de rage. Son discours est simple mais percutant. En quelques mois, ses initiatives ont fait le tour du monde. Le 23 septembre dernier, elle s’est exprimée à la tribune de l'ONU, accusant directement les dirigeants de la planète de lui avoir « volé ses rêves et son enfance avec des paroles creuses », et de ne parler que de « contes de fées de croissance économique éternelle ».

Elle dérange les uns et motive les autres. Sa « grève scolaire pour le climat » a trouvé des imitateurs aussi chez nous. Certains philosophes et économistes disent ne pas comprendre comment l’opinion publique, et les médias en particulier, laissent cette fille immature faire la leçon aux plus grands spécialistes et aux hommes politiques bien expérimentés.

Est-il permis de dire qu’aux yeux de beaucoup, cette adolescente a des allures « messianiques » ? Depuis toujours, les grandes causes ont besoin de visages : celui de Martin Luther King pour l’émancipation des Afro-Américains aux Etats-Unis, celui de Mère Teresa pour la miséricorde vis-à-vis des plus pauvres, ou encore celui de Nelson Mandela pour la lutte contre l’apartheid.

Greta Thunberg sera-t-elle celle qui secouera enfin les grands décideurs du monde et éveillera chez eux une conscience plus active pour laisser une terre habitable aux générations qui nous suivent ?

Dommage que, dans le monde catholique, il n’y ait pas une telle figure… Un homme ou une femme qui, au nom du Dieu Créateur, avec les seules armes de la parole et des actes symboliques, rappelle notre responsabilité pour cette planète confiée à nos bons soins. Mais heureusement, nous avons un Pape qui, dès le début de son pontificat, notamment par son encyclique « Laudato’Si », a invité les catholiques à rejoindre les rangs des activistes pour le climat.

N’est-ce pas un des aspects dont il faut tenir compte en ce début du mois missionnaire extraordinaire ? La mission que Dieu nous a confiée, c’est d’annoncer une Bonne Nouvelle, celle de la victoire du bien sur le mal, de la vie sur la mort, l’annonce d’une espérance qui subsiste au-delà de toutes les catastrophes qui peuvent survenir. Mais il ne suffit pas de dire cette conviction et cette confiance, il faut aussi agir pour que la parole prophétique s’incarne dans les faits. Merci, Greta, que tu sois croyante ou pas, de nous montrer le chemin !

Ralph SCHMEDER, responsable du Service de Presse

Écrire un commentaire

Optionnel