Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion - Page 2

  • MON FILS BIEN-AIME

     

    1917821833.png

    CELUI-CI EST MON FILS BIEN-AIME

     poème 

     

    1. L'ange l'avait dit à Marie :
    L'enfant qui va naître sera grand.
    Il sera le Fils du Très-Haut.
    Sur Lui viendra une voix qui dira :

    CELUI-CI EST MON FILS BIEN-AIME,
    EN LUI J'AI MIS TOUT MON AMOUR,
    ECOUTEZ-LE !  ECOUTEZ-LE !

    2. Quand Jean-Baptiste vit Jésus
    et le baptisa dans le Jourdain,
    il reconnut l'Agneau de Dieu.
    Survint alors une voix qui disait :

    3. Jésus avant de nous quitter
    prit avec Lui Pierre, Jacques et Jean.
    Il fut pour eux transfiguré.
    D'en haut revint une voix qui disait :

     

    Voici un petit air pour le chanter.
    podcast

    Voici aussi les partitions :

    soit complète, pour les accompagnements, soit réduite.

     

  • Credo

     

    L'unité des chrtétiens

     

    3666170610.PNG


    La question du "Filioque"

     

    Suite à l’annonce de la visite à Rocourt du Père Guy Fontaine, j’ai reçu un article très intéressant sur une querelle qui a séparé depuis très longtemps les chrétiens orthodoxe et les catholiques romains.

    La semaine de l’Unité en 2013 et une bonne occasion pour vous indiquer cette page. Elle comporte un résumé très complet sur les différents épisodes de cette différence. 

    A ce titre, elle peut servir d’introduction à différence sur le crédo entre orthodoxe et catholiques qui retarde l’Unité des chrétiens tant espérée.


  • Origines

    Théorie de l'évolution, créationisme etc.

     

    Dans le journal Dimanche Express n° 24 du 26 juin 2011, a paru un article intitulé :

    Le créationnisme progresse … le bon sens régresse. L’article parle des doctrines développées par les évangélistes et les musulmans qui présentent la création faite directement par Dieu. Il conclut en faveur de l’Europe où les chrétiens voisineraient avec la théorie de l’évolution et il qualifie ce voisinage de « bon sens ».

    La réalité est peut-être tout autre.

    On peut se demander si ces réactions du monde religieux ne sont pas une réponse à l’extrémisme du milieu scientifique. Les scientifiques sont fiers d’être les adeptes d’une loi unique, la même pour tous. Cette fierté les amène parfois à devenir dogmatiques. Ils laissent croire que la connaissance scientifique de l’univers est la connaissance suprême, qu’elle va supplanter toutes les autres. Cela prend ainsi l’allure d’une religion. Il est donc compréhensible que des religions ou sectes s’opposent à cette attitude.

    Il se fait que les sectes qui refusent la mainmise de l’évolution sur l’énoncé de la destinée humaine sont très clairement à nos yeux des extrémismes. Mais nous ne prenons plus conscience que l’adhésion à la science est aussi un extrémisme.

    La présentation scientifique de l’évolution, principalement celle des « homo » qui aboutit à l’ « homo sapiens» conduit automatiquement à penser que l’esprit de l’homme est une émanation de l’évolution et donc des lois de l’univers. C’est la seule position que l’on peut exposer à tous en Europe.

    Ce qui ne correspond pas à la foi chrétienne. La liberté est individuelle est personnelle et ne peut être le simple produit d’une évolution biologique. C’est aussi la conviction du généticien qui a dit «  Il n’y a pas de gène de la liberté » !

    Et la pensée de Theillard de Chardin. Celui-ci a eu des intuitions géniales, certes, mais le vocabulaire employé pour exprimer la montée en conscience n’arrive pas à nuancer la description de l’évolution. Si, pour le chrétien, elle ne gêne pas sa foi en la valeur de la personne, elle laisse toujours la possibilité de penser que l’esprit de l’homme est le produit de l’évolution.

    En Europe, les chrétiens ne s’opposent plus à la science. Peut-être parce que les chrétiens ont regagné les catacombes de l’intériorité et ont laissé la place publique occupée uniquement par cette idée de l’homme produit de l’évolution.

    En définitive, l’existence du créationnisme, tant évangéliste que musulman, ne constitue pas une régression mais est un élément d’équilibrage face à la position scientiste de l’évolution. La vision scientifique de l’univers n’est pas la seule et il faut ménager une place convenable à une vision où l’homme n’est pas un démiurge maître de l’univers, mais où il est l’hôte d’une réalité qui le précède et le dépasse.

    Il est donc heureux que les penseurs européens aient une opposition qui les fera réfléchir, peut-être, sur la place exclusive qu’ils ont donnée à la science pour comprendre la vie humaine et qu’ils remettent à l’honneur les trois modes de connaissances de l’homme.