Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Année 2020

2020

149 millions naissances ;

59 millions de décès ;

seulement 1,8 million du au Virus.

Une année banale donc !!!

Une année banale donc !!!

Alors pourquoi avons-nous eu peur ? Pour notre vie ?

Mais si la vie est si précieuse, à quoi dons nous-occupions-nous pour l’avoir mise en péril ? A quels désirs fugaces et inutiles avons-nous perdu notre temps ?

Regardons d'abord les décès. Nous avons certainement prié cette année 2020 pour les 1,8 millions de personnes décédées suite au virus. Mais avons-nous prié pour les autres ? Or tous sont enfants de Dieu et sont invités au Royaume !

Revenons aux naissances de l’année dernière. Les voilà vivants pour toujours ! Car Dieu ne donne pas la vie pour la reprendre !

Voilà finalement le vrai objectif de nos activités : permettre aux nouveau-venus de grandir  de s’épanouir et de participer à l’aventure de la création.

Et ceci nous pose une dernière question. Qui veut tous ces enfants ? C’est Dieu notre Père, bien sûr. Et jusqu’où va-t-il aller ? Il va aller jusqu’à ce nombre que nous ne pouvons pas dénombrer, comme il l’a promis à Abraham. En imitant saint Jean, nous dirons qu’il va continuer jusqu’à ce qu’ils soient 144 milliards !!!

Ce jour-là son Fils reviendra pour rassembler tous les êtres humains. Nous ne pouvons pas savoir quel est le ce jour. Mais nous pouvons participer à achever la Cité de Dieu. Nous pouvons participer à cet Avent qui dure d’Abraham à l’ONU. Pour cela il faut tous les métiers du monde. Nous devons profiter de l’épidémie pour recadrer nos activités sur un seul but : travailler pour les 144 milliards du futur et pas seulement pour les 7 milliards du présent ! Viser cette fin dernière qui, seule,  donne son sens à toute l’histoire, nous dirait saint Augustin.

Quand nous fêtons Noël, cette naissance d’il y a plus de 2000 ans, qui est la clef de voute de la Création, nous pouvons aussi penser aux 149 millions de l’année qui s’achève. Nous pouvons en faire la fête de Notre Père et l’acclamer, Dieu dont l’amour n’est pas épuisé et qui complète le nombre de ses enfants. « Gloria in excelcis Deo, et pax hominibus bonae voluntate ! »

Pierre

Écrire un commentaire

Optionnel